Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘ukraine’

Jour 95 – 90 km
Au début du voyage nous nous étions donnée la frontière russe comme limite au renoncement : une fois en Russie, plus question de faire marche arrière. La mer sous le bac prend ainsi des airs de Rubicon. La tête en l’air, le sourire au coin des lèvres, alea jacta est…Pas étonnant qu’une fois le bateau accosté en Russie une ruée emporte les piétons dans un sprint vers la douane à faire pâlir Ussein Bolt : je n’aurais jamais cru qu’il aurait fallu autant de temps pour faire embarquer une centaine de personnes, deux cars et vingt voitures. Une queue se forme aussitôt devant les guichets de contrôle. À la vitesse à laquelle ceux-ci sont effectuées, je crains qu’il ne faille planter la tente… Heureusement un uniforme nous fait passer dans la file des véhicules où ses collègues étoilés, apparemment très amusés, nous fouillent à peine : une fois les sacs ouverts notre hétéroclyte cargo doit probablement les décourager aussi sec.
Nous roulons de nuit dans l’espoir de trouver un hôtel où faire tamponner nos passeports pour les besoins des services d’immigration. Dans le ciel clair nous voyons petit à petit les constellations se dessiner autours du halo de la pleine lune blafarde. Un gérant germanophone dont l’établissement est complet enfourche sa Harley Davidson rutillante pour nous guider vers un de ses collègues. Malheureusement pour une raison qui nous échappe celui-ci ne peut nous aider dans nos démarches administratives. Trop heureux de prendre une douche, nous restons tout de même.


Day 95 – 56 miles
At the beginning of the trip we chose the Russian border to be the backward limit : in Russia, there would be no way back. The sea under the ferry looks lire our Rubicon. Alea jacta est…This is not surprising that a rush follows the arrival in Russia : it took so long to put a few cars and a bus in such a small boat… Thankfully for us a guard let us go through the vehicles line. Everyone there seem very entertained by us and we are barely searched.
In the night we are trying to find an hotel where to get the immigration stamp. A German-speaking Haley Davidson-riding hotel manager leads us to one of his colleague. If he can’t help us to get the stamp for a reason we didn’t understood, we stay anyway : shower, great long good shower !

Premier paysage en débarquant en Russie - First landscape arriving in Russia

Publicités

Read Full Post »

16/05/2011 : Kerch

Jour 94
Guitare à la main, Alex et Serguey nous emmènent Siugi et moi ainsi que leurs amis dans un parc du centre ville pour entonner quelques chansons Russes. Trémoussage générale sour ce qui semblent être des reprises en accoustique de titres de ce qui semble être les équivalents slaves de nos Tryo et Noir Désirs. S’ils tentent en vain de déchainer des vocations de choristes chez des adolescentes scotchées à leurs téléphones, ils contentent toutefois quelques imbibés qui leur demandent des morceaux en particulier. Et à notre grande surprise, il n’est point besoin de leur apprendre le refrain des « Champs Élysées » : Joe Dassin est connu ici aussi !


Day 94
Guitar at hand, Alex and Serguey take us to a park to sing a few Russian songs. Everyone is dancing under the chords. If they try to make use of a few teenage girls as chorists with no luck, they still rejoice a few drunk guys by playing their requests. And there is no need to teach them « Champs Élysées », a classic French song : its singer, Joe Dassin, is known here !

Aleksey, notre hôte à Kerch - Aleksey, our host in Kerch

Le monument en l'honneur des héros de guerre - The monument dedicated to the war heroes

Le Montmartre de Kerch, la ville vue d'en haut - The Montmartre of Kerch, the city from the top

Read Full Post »

15/05/2011 : Primorski – Kerch

Jour 93 – 95 km
Lors de cette dernière vraie étape ukrainienne nous nous faisons doubler par la voiture du couple russe que nous avions rencontré quelques jours plus tôt à Simféropol. Embrassades et grands sourires : ils sont aussi surpris que nous ! Incapable de trouver un langage commun, la discussion s’abrège bien vite, mais nous partageons tous les quatres ce même regard bienveillant qui souhaite le courage et la chance sur les routes du voyage.


Day 93 – 59 miles
During this last Ukrainian day we meet again the Russian couple met at Simferopol a few days before. They are as surprised as us ! With no common language the talk is quite short, but we share altogether this same benevolent look whishing courage and luck on the roads.

Read Full Post »

Jour 92 – 83 km
De retour à Feodosia, tout nous semble étrangement familier. Nous retrouvons notre chemin sans problème dans ce qui nous avait semblé être un dédale de ruelles tordues. Cette impression nous suit depuis quelques jours déjà : après six semaine dans le pays, nous ne sommes plus surpris. Des brindilles en mini-jupe / talons aiguilles aux dents en or des babouchka, nous savons maintenant à quoi nous attendre. Nous nous sentons bien dans ce pays où la simplicité et la gentillesse de ses habitants nous a très vite fait oublier les affres de la route.
Au bar où nous attendons Bhagdana une armoire à glasse, qui à la vue des cadavres sur sa table n’avait plus soif depuis très longtemps déjà mais qui continuait néanmoins à s’hydrater de massifs diabolos houblon, tient à nous exprimer son trop-plein d’amour. Il faut absolument rester avec lui et laisser notre hôte ! Il faudra l’intervention de son groupe d’amis, puis de la mère de Baghdana, puis des serveuses et de la patronne pour qu’enfin il nous laisse en paix en se confondant en excuses. Il semblerait que déranger autrui soit une honte en Ukraine et ses quelques neurones sobres auront pris le dessus.
Une bande d’enfants nous accoste au moment de planter la tente. Comme d’habitude, il faut que leur nombre soit assez conséquent et que le plus dégourdi s’enhardisse à nous adresser la parole pour que très vite une nuée juvénile gravite autour de nous. Ils nous guident à travers la plage pour trouver un bon endroit où planter. Ils jouent, sautent, s’envoient des ballons : nous sommes emmenés par une tornade tumultueuse en roller ou coulant entre les barrières de protection le long de la promenade. Soudain l’un deux me tend son téléphone avec une inconnue anglophone au bout du fil : leur professeur d’Anglais ! La jeune retraitée nous rejoint bientôt, étoffant malicieusement le vocabulaire de ses élèves en jouant l’interprète.


Day 92 – 52 miles
Back to Feodosia, everything looks strangely familiar. We found our way back without problem to the interesting streets. We’ve had this impression for a few days already : after six weeks in the country, we are not surprised anymore. For the very slim girls in mini-skirt the golden teethed baboochkas, we now know what to expect. We feel good in this country.
Waiting for Bhagdana at a bar we meet someone who was obviously not thursty anymore for a very long time, keeping hydrating himself with large beers anyway. He loves us and want us to drop our friends to stay with him ! We’ll need the help of the its friends group, then Bhagdana’s mother, then the waitresses, then the boss herself to keep him away from us. He apologizes anayway : even dead drunk, Ukrainians stay polite and nice.
A group of children come to us when we set up the tent. Quickly a swarm gravitates around us, trying to find a better place for the tent. They play, jump, play balls. Suddendly one of them gives me his phone : he called his English teacher ! The retired lady soon join us, teaching new words to her pupils by talking with us.


Seuls sur la plage au petit matin, dans la brume et entourés de chevaux - Alone on the beach in the early morning, in the fog and surrounded by horses

Read Full Post »

Jour 91 – 63 km
Hilarité générale : le pompiste communique son rire à son collègue puis à nous-même en essayant de remplir les deux malheureuses bouteilles d’essence qui nous servent de combustible pour le réchaud. Accroupi, il frôle à peine la gachette de la pompe : un très mince filet de carburant remonte peu à peu nos réserves. Un peu plus d’un litre et pour un peu plus d’un euro. Plus habitué à des réservoirs de plusieurs dizaines de litres, notre pompiste retourne tout sourire au garage finir la réparation d’une Lada. Il nous semble l’entendre rire encore quand nous reprenons la route.


Day 91 – 39 miles
General hilarity : the oil guy communicates his laugh to his colleague then to us while he tries to fill the very small bottle of oil we are using for the stove. Kneeled, he’s almost not touching the trigger so to keep a slim trickle of gas. A bit more than a gallon for a bit less than 2 dollars. More used to 100+ liters tanks, he goes back to his Lada fixing, laughing.

Notre linge séchant sur les arbres - Our laundry drying on the trees

Read Full Post »

Jour 90 – 58 km
À Simferopol nous retrouvons Bhagdana, notre amie de Feodosia. Elle y étudie l’anglais et nous demande de venir expliquer notre voyage à ses camarades de classe. Nous débarquons donc en plein cours, accueillis par leur professeur et quelques autres étudiants. Si nous répondons aux questions habituelles (Pourquoi ? Et le travail ? Et comment vous allez faire pour traverser la mer ?), la troupe semble particulièrement interessée sur notre régime alimentaire. Tous nous recommandent de nous gaver des excellents melons qui pousseront lors de notre passage en Ouzbékistan.
Nous passons la première nuit chez Valentin, un ami de Bhagdana, où nous rencontrons Nikita. Développeur web, il voyage depuis plusieurs mois dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Nous le retrouvons le lendemain chez Artem que nous avions contacté par le biais de CouchSurfing. Connu comme le loup blanc, fort d’une impressionnante réputation sur ce site, il nous accueille dans son appartement aux accents indiens, des tentures jusqu’à ses vêtements en passant par les photos. Nous y rencontrons un autre couple des montagnes de l’Oural : la paire voyage en voiture. Nous avons parcouru la même distance pour arriver en Crimé. Mais là où nous avons traversé six frontières, eux n’en n’ont vu qu’une seule…


Day 90 – 36 miles
At Simferopol we meet Bhagdana again, our friend from Feodosia. She studies English there and asks us to speak about our travel at her lesson. We answer there the usual questions : Why ? What about your job ? How are you going to cross the sea ? But they seem to be particularly interested about what we eat. Eveyrone enquire us to try the awesome melons of Uzbekistan…
We spend the first night at Valentin’s, a friend of Baghdana, where we meet Nikita. Web developer, he’s traveling for a few months in the countries of former soviet union. We meet him again the following day at Artem’s place. Very well known, with a big reputation on the website, he welcomes us in his Indian inspired flat. We meet another couple for the Ural mountains : they travel by car. They crossed a single border to come here. For the same distance, it was six borders for us !

A l'université avec les élèves et la prof d'anglais - At the university with the students and the English teacher



Read Full Post »

10/05/2011 : Alushta – Lavanda

Jour 88 – 24 km
Alushta refait peau neuve avant l’été. Partout des ouvriers repeignent, désherbent, déblaient. Cette station balnéaire attend la haute saison. Mais en s’éloignant le long de la côté le béton désaffecté s’effondre en de gros blocs sur le sol. On s’imagine de vieux bâtiments de l’époque soviétiques maintenant inhabités qui subiraient la corrosion du vent et du sel mais il faut se rendre à l’évidence : toutes ces constructions n’ont jamais été terminés et gisent maintenant en bas des montagnes. Les chantiers eux-mêmes semblent avoir été laissé à l’abandon, outils et containers rouillant au milieu de barrières que nous traversons sans mal à vélo. Même le chien de garde, allongé sur une loque, semble lassé de tout ceci : il nous regarde à peine quand nous le contournons de quelques mètres.


Day 88 – 15 miles
Alushta gets cleaned before summer. Workers everywhere paint, weed, clear away the streets. This seaside resort awaits the high season. But further away along the coastline disused concrete falls apart in big blocks on the ground. We could think about uninhabited old soviet time buildings subjected to corrosion from wind and salt. It is not : nothing has ever been finished. Construction sites seem to be abandonned, tools and containers rusting in the middle of useless fences. Even the guard dog seems to be sorry about all this : it barely takes a look to us when get round it.

Read Full Post »

Older Posts »