Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘allemagne’

Jour 34 – 71 km
Au pont qui sert de poste frontière une pierre tombale se dresse : Jean-Paul II, 1920-2005. Aucun doute, nous sommes en Pologne ! Nous changeons notre monnaie : l’Euro laisse place au Zloty. Nous changeons de langue aussi : à l’accueil de l’hôtel nous nous faisons traduire les indispensables « merci », « bonjour », etc.


Day 34 – 44 miles
At the border their is tombstone : John Paul II, 1920-2005. No doubt, we are in Poland ! We make some change : no more Euro, hello Zloty. We change the language too : at the hostel the staff write us our first few words, « thank you », « hello », etc.

Read Full Post »

Jour 33 – 46 km
Allemagne, tu nous aimes et tu veux nous garder ! Alors que la Pologne nous tend les bras tu fais tout pour nous conserver en ton sein. Petites routes dans la forêt, lieux paisibles où planter notre tente, rien n’est trop beau pour tes deux invités. Nous restons cependant décidés à passer la frontière au plus tôt. Devant tant d’ingratitude, la méthode se fait plus virile : la lente oscillation des collines s’alonge en une rampe de lancement pour projectiles stellaires, les panneaux girouettent pour faire mentir nos cartes et l’orchestre d’Éole souffle triple-forte l’intégrale de Wagner pour armée de violons et légion de trompettes. Cloués à la route nous restons encore un peu en Allemagne.


Day 33 – 29 miles
Germany, you love us and you want to keep us ! As we are just about to reach Poland you do everything you can to make us stay. Nice small forest roads, calm places to pitch our tent, nothing is to good for your two guests. Anyway, we are decided to cross the border as soon as possible. This is too much for you, the method changes to something different : the slow oscillation of the hills extends to a launchpad, signs turns around to make our maps lying and the band of Eole blows triple-forte the integral of Wagner for army of violins and legion of trumpets. Nailed to the road we stay a little bit more in Germany.

Read Full Post »

Jour 32 – 46 km
Allemagne nous t’aimons ! Ce pays offre au voyageur à vélo tout ce qui le comble : des paysages tranquilles aux dénivelés supportables, un amour du vélo traduit par des pistes cyclables longues et entretenues, des automobilistes respectueux et une philantropie de fait entre cyclistes. Les passant tiennent leurs chiens à notre passage. Nous ne pouvons sortir une carte sans qu’un habitant ne partage sa connaissance du terrain avec nous. Au bord des champs sont édifiés des abris de bois pour voyageurs craignants le couroux des élèments. Nous soignons de plus notre silhouette à grands renforts de wursts légères et de fins streussels. Allemagne nous t’aimons ! Et tu nous montreras demain que tu nous aimes en retour…


Day 32 – 29 miles
Germany we love you ! This country gives the bike traveller everything he needs : quiet landscapes with allright-ish hills, long cycle paths, nice car drivers and a real sympathy between cyclists. People keep their dog close. We can’t pull out a map without someone coming to share his field knowledge with us. Next to the fields are erected wooden shelters for the thavellers. We take care of our silhouette with wursts and streussels. Germany we love you ! And you’ll show us tomorrow that you love us too…

Read Full Post »

14/03/2011 : Dresden

Jour 31
Leur seule question est « Dans quelle pièce voulez-vous dormir ? ». Nous avons frappé ce soir à la porte du local étudiant autogéré de Dresden. C’est un squat avec la bénédiction de l’université. Ces utilisateurs se gèrent eux-même : la bière est payée par une caisse commune, les meubles viennent de partout. Entre les posters de propagande humaniste et les équations mathématiques se bâtissent de frêles cathédrales d’objets hétéroclites : piano désaccordé, unicycle, rétroprojecteurs, livres jaunis… Dans la cuisine, une forte odeur de compost : les fruits, légumes et autres denrées sont récupérés dans les poubelles des marchés. Le « dump-diving » est le sport favori du coin.Toute la soirée du mouvement anime ce lieu : des étudiants nous apprennent à jongler, d’autres viennent juste dire bonjour. Nous rencontrons Nella : elle vit ici pendant les travaux de sa maison. L’hospitalité est ici un geste naturel et c’est avec bonheur que nous passons cette soirée avec ces étudiants naturellement accueillants.


Day 31
Their only question is « Which room do you want to sleep in? ». We knocked tonight on the door of these premises automanaged by students in Dresden. It is a squat with the benediction of the university. The users managed themselves : the beers are paid with a comnunity chest, the furnitures come from everywhere. Between the posters of humanist propagand and the mathematical equations appear many different objects: an untuned piano, a monocycle, retroprojector, yellowish books…In the kitchen, a strong odor of compost : the fruits, vegetables and other food are reclaimed from the markets bins. the 3dump-diving » is the favorite sport here. The entire evening is animated : students teach us how to juggle, others come here just to say hello. We meet Nella : she lives here during the building works at her house. Hospitality is a natural gesture and this is with joy and hapiness that we spend our evening with these innate welcoming students.



Read Full Post »

13/03/2011 : Dresden

Jour 30
Nous passons ce dimanche à Dresden chez notre couchsurfer Rico. La journée file à toute vitesse entre lessives, mise à jour du site et découverte de la ville avec Oliver, un allemand francophone à l’accent suisse rencontré dans le train pour Leipzig. Nous cuisinons des crêpes pour nos hôtes. Ils s’enfoncent ensuite, concentrés, dans les méandres de l’intrigue d’une série policière, véritable institution en Allemagne.Un de nos amis vient d’immigrer à Tokyo : c’est avec attention que nous suivons l’évolution de la situation au Japon.


Day 30
We spend our Sunday in Dresden at our Couchsurfer Rico’s place. The day goes by very quicly : laundry, website updates and discovering the city with Oliver, a German speaking French with a Swiss accent met in the train to Leipzig. We cooked crêpes for our hosts. They are then deeply focused in the suspens and the intrigue of a German sitcom which seems to be a real institution in Germany.One of our friend has just moved to Tokyo : we follow with great attention the evolution of the situation in Japan.

Read Full Post »

Jour 29 – 68 km
Cela fait un mois que nous sommes partis. Il fait beau, le temps est sec, les routes ne sont pas encombrées : les motos sont de retour ! Par grappes de deux ou trois on les voit évacuer toute la frustation hivernale, tantôt par des accélérations qui nous laissent rêveurs, tantôt par des virages précis entre les voitures. Le cycliste ne deviant pas le motard de ses trajectoires et ne représentant pas de danger majeur, ils nous laissent tranquilles sur notre bord d’asphalte. Cela dit, aucun ne nous a tendu la jambe pour le moment.


Day 29 – 42 miles
It has been one month that we are gone. The sun is out, the weather is dry, the roads are almost empty : motorbikes are back ! By groups of two or three, we can see them releasing all the winter frustation, sometimes through accelerations which make us dream, other times with precise turns between cars. The cyclists not bothering their way and not being a danger for them, they leave us alone quietly on our side of the road. However, none have stretched his leg to us so far !

Read Full Post »

Jour 28 – 94 km
Campagne allemande : le soir tombe, il nous faut vite trouver où dormir. Les petits jardins clôturés sont peu accueillant de part leur proximité avec la route. Après deux tours de repérages le cimetière du village ne nous inspire guère. Il commence à faire vraiment noir. Et soudain, au détour d’une rue, nous croyons reconnaitre une musique. Cette batterie, cette guitare slide : Cream ! Quelqu’un qui écoute Clapton ne peut être un mauvais bougre. Thomas accepte de nous laisser planter notre tente dans son jardin, puis revient avec deux bières à la main puis une troisième fois pour nous dire que l’on peut rester tout le week-end si on le souhaite. Le rock’n’roll comme vecteur d’hospitalité !


Day 28 – 58 miles
German countryside, the night is falling. We need to find a place to sleep. The small private gardens are not welcoming, being to close to the road. The small graveyard of the village doesn’t inspire us that much. It starts to get real dark now…And suddenly, around a corner we recognize a song. These drums, this slide guitar : Cream ! Someone who listen to Clapton can’t be a bad bloke. Thomas accepts to let us pitch our tent in his garden. He comes back later with two beers and another time to tell us that we can stay over the week-end if we want. Rock’n’roll as a vector of hospitality !

Read Full Post »

Older Posts »