Feeds:
Articles
Commentaires

Jour 539
Jour J

Quelques vidéos le matin avant de franchir la ligne d’arrivée…


Day 539
D-Day

Few vidéos (in French) the morning before reaching the finish line…






Cambrai, population : 95

Publicités

Jour 539 – 50 km
Jour-J

Les sacs accrochés, on sait qu’on monte sur les vélos pour la dernière fois. On se met alors à penser au retour, à la famille, au travail, à ce qui nous attend en Europe. On passe d’une hypothèse à l’autre, rapidement, sans vraiment pouvoir fixer son esprit sur un sujet en particulier. La route défile, réduite à une bande blanche un peu abstraite sur laquelle le regard s’accroche à peine. Au bout de quelques kilomètres on se fait peur : la dernière ligne droite sera-t-elle vaporeuse comme une vulgaire étape de désert ?
Hors de question.
Un peu à l’écart du bitume, abrité sous des arbres tordus, on tire d’une sacoche son baladeur. Écouteur sur les oreilles ; le silence se fait. Une voiture passe sans bruit. Lecture des favoris ; une guitare résonne. On pousse le volume. Un peu plus que de raison cette fois-ci…
La suite est plutôt confuse. L’Australie disparaît. Des branches forment un dôme végétal ? Nous sommes en Allemagne sur les routes de campagne. Un champ se perd à l’horizon ? Retour en Ukraine et Russie. Moutons, vaches et brebis ? Non, yaks des hauts plateaux tibétains du Qinghai. Les musiques s’enchaînent. Des instants forts du voyage resteront à jamais collés aux mélodies qu’on écoutait à ces moments-là. La mémoire revient, refrain après refrain : Pologne, Taklamakan, Kazahkstan, à chaque douleur son hymne, à chaque bonheur son harmonie.
La vitesse monte avec le tempo. Est-ce la perspective d’arriver ou les cris du chanteur qui font monter la pression ? Est-ce pour revivre une dernière fois le Kirghizstan qu’on se fait brûler les muscles dans les montées ? On hurle les couplets sans se soucier de qui les entendra. Les joues chauffent malgré le froid. Les jambes n’écoutent plus le cerveau. Est-ce la perspective de l’arrivée qui pompe l’adrénaline dans nos veines ? Est-ce vraiment le vent des descentes qui fait couler nos larmes ?
Puis arrive la dernière colline. À son sommet la vallée entière se dévoile. On s’arrête un instant. On regarde. On sait. On sait qu’au bout des zigzags il y a Sedan. On sait qu’après il y aura Cambrai. On sait qu’il n’y a plus de difficulté. Une tempête peut souffler, elle ne nous arrêtera pas. On sait qu’il n’y a plus qu’à se laisser aller dans l’aval. Nous avons franchi tous les obstacles. Nous avons esquivé tous les écueils. En surplombant la plaine, on sait qu’on a réussi son pari.
Tout en bas de la descente, le panneau blanc pointe vers une route de terre : « Cambrai, 13 km ». Un frisson…


Day 539 – 31 miles
D-day

Paniers hung, we know that ride the bicycles for the last time. We begin to think of the life back in France, the family, the job, what awaits us in Europe. We go from one hypothesis to the other, quickly, without being really able to keep our mind on a particular subject. The road goes on, reduced to an abstracted white strip on which the glance hardly hangs on. After a few miles we have to stop : will the final straight be as vaporous as a vulgar day in the desert ?
No way.
Away from the asphalt, sheltered under twisted trees, we pull of a bag our music player. Earphone on ears ; let there be silence. A car passes noiselessly. Favorite playlist ; a guitar screams. We push up the volume. A little more than we should this time…
After that, it gets rather vague. Australia disappears. Branches forms a green dome ? We are back on the German country roads. A field gets lost on the horizon ? Back in Ukraine and Russia. Sheeps, cows and ewe ? No, yaks of the Tibetan high plateaus of Qinghai. The great time of the journey will remain for ever stuck on the melodies which we listened to at these moments. Memory returns, tune after tune : Poland, Taklamakan, Kazahkstan, every pain its hymn, every happiness its harmony.
The speed rises with the tempo. Is it the prospect to arrive or the shouts of the singer that put the pressure ? Is it to feel like being in Kirghizia for a last time that we burn our muscles in the ascents ? We roar verses and chorus without caring about whom will hear them. Cheeks warm in spite of the cold. Legs do not listen to the brain any more. Is it the closeness of the arrival that pumps the adrenalin in our veins ? Is it really the wind of the descents that make tears rolling along our face ?
Then the last hill arrives. In its summit the whole valley comes to light. We stop for a moment. We look. We know. We know that at the end of the zigzags there is Sedan. We know that after it there will be Cambrai. We know that there is not difficulty anymore. A storm can blow, it will not stop us. We know that there is not more than a downhill now. We overcame all the obstacles. We dodged all the stumbling blocks. Looking to the plain, we know that we won our bet.
At the bottom of the descent, the white sign point towards a dirt road : « Cambrai, 13 kilometers ». A shiver…

Cambrai, 13km

Après 20768km, 539 jours, 18 pays, 3 continents, quelques crevaisons et une quantité improbable de paquets de nouilles chinoises instantanées, aujourd’hui Vendredi 3 Août nous avons atteint Cambrai, Australie du Sud.

After 20768km, 539 days, 18 countries, 3 continents, a few punctures and countless of instant noodles bags, today Friday the 3th of August we’ve reached Cambrai, South Australia.

Jour 538
J-1

Tyson, Barry et Julie nous emmènent pour la journée sur les routes de la vallée de Barossa. Barry travaille pour l’industrie vinicole. Entre vignes et palmiers, nous découvrons l’un de ses clients. La particularité de la propriété ? Elle sert un vin muté de 100 ans d’âge ! 100 ans… Dans les caves nous contemplons des rangées de tonneaux de l’époque de nos arrière-grands-parents. D’une façon cérémonieuse, comme un cadeau pour les kilomètres parcourus, on nous fait goûter le nectar. Même pour des profanes comme nous le temps se suspend quelques secondes : nous n’avons jamais rien bu de tel…
Barry, Julie et Tyson sont les derniers hôtes de notre voyage. Demain nous arriverons à Cambrai, Australie du Sud… Demain. Demain…


Day 538
D-1

Tyson, Barry and Julie take us for a day on the roads of the Barossa valley. Barry works for the wine-producing industry. Between vineyards and palm trees, we discover one of his customers. The peculiarity of the property ? There they serve a wine 100 years old wine ! 100 years… In cellars we contemplate rows of barrels of the time of our great-grandparents. In a ceremonial way, as a present for the kilometers gone through, they let us enjoying the nect. Even for ignorants as us the time hangs a few seconds : we never drank something like this…
Barry, Julie and Tyson are the last hosts of our journey. Tomorrow we shall arrive in Cambrai, South Australia… Tomorrow. Tomorrow…





Kellie, journaliste pour The Leader, nous a interviewé ce matin, et Tyson notre hôte à Nuriootpa - Kellie, journalist at The Leader interviewed us this morning, and Tyson our host in Nuriootpa


Nos supers hôtes Barry, Julie et Tyson à Nuriootpa - Our great hosts Barry, Julie and Tyson in Nuriootpa


Nous avons vu des kangourous dans la nature - We saw kangaroos in the nature


Nigel nous fait visiter les vignobles de Seppeltfield et goûter à des vins somptueux - Nigel makes us visit the winery of Seppeltfield and taste some somptuous wines


Des crus de 1879 - Wines dated 1879


Nous sommes chanceux d'avoir goûté un vin de 1912, 100 ans ! - We are lucky to have tasted a wine dated 1912, 100 years old !

Jour 537 – 60 km
J-2

Un dernier café, une dernière accolade et nous partons chacun de nos côtés. Après trois semaines ensemble nous quittons nos amis taïwanais Yuki et Abel. Eux continuent droit vers Adélaïde, nous bifurquons vers Cambrai. Nous les reverrons toutefois la semaine prochaine. Nous sommes à deux jours de l’arrivée quand eux entament tout juste leur voyage de trois ans. On les envie un peu…


Day 537 – 37 miles
D-2

A last coffee, a last hug and everyone go his own way. After three weeks together we leave our Taiwanese friends Yuki and Abel. They continue straight towards Adelaide, we turn off towards Cambrai. We shall see them again however next week. We are two days from the arrival when they just begin their three years journey. We envy them a little…

Nous disons au revoir à Yuki et Abel, après 3 semaines à pédaler ensemble - We say goodbye to Yuki and Abel, after having cycled 3 weeks together


Jour 536 – 41 km
J-3

Nous l’avons monté plus de 120 fois. Sous le soleil, de nuit. Dans le vent, sous la pluie. Dans des dunes, des prairies. En forêt, en pleine ville. En montagne, en campagne. Elle a été tordue sous les bourrasques, noyée sous des trombes d’eau, blanchie sous la neige, chauffée dans les déserts. Plus d’une fois on l’a retrouvé au matin couverte de glace. Renards, chiens, lapins, kangourous, scorpions, chèvres et chameaux sont venus y rôder tout autour. Elle fatigue bien un peu : une porte est condamnée, un arceau est cassé, elle est un peu trouée. Mais elle tient le coup, bien plus que nous l’aurions imaginé. Elle a été notre maison, notre protection, notre intimité. À trois jours de l’arrivée, ce soir nous montons la tente pour la dernière fois.


Day 536 – 25 miles
D-3

We set it up more than 120 times. Under the sun, by night. In the wind, in the rain. In dunes, in meadows. In forest, in city. In mountain, in the countryside. It was twisted under gusts, flooded under cloudbursts, whitened under the snow, warmed in deserts. Often we found it in the morning covered by ice. Foxes, dogs, rabbits, kangarooes, scorpions, goats and camels came to roam around it. It get a bit tired : a door is condemned, an arch is broken, there are a few holes. But it is still strong, much more than we would have imagined. It was our house, our protection, our intimacy. Three days from the arrival, this evening we install the tent for the last time.




Des pistes pour vélos ! La dernière remonte à l'Allemagne - Bicycle trails ! Last one dated from Germany


Dernier coucher de soleil depuis notre tente - Last sunset from our tent

30/07/2012 : Clare

Jour 535
L’Australie du Sud, région des grands vins… Que faire dans une petite ville où les vignes sont plus nombreuses que les habitants ? Aller tester les jus de raisin… Riesling, Shiraz, Cabernet, vendange tardive, renforcé : nous connaissons les noms. De là à faire des différences, c’est une autre histoire. Une petite visite culturelle chez le producteur d’en face s’est donc imposée. Nous en sortons tout sourire, les yeux brillants…


Day 535
South Australia, region of great wines… What to do in a town where vineyards are more numerous than inhabitants ? To go to test grape juices… Riesling, Shiraz, Cabernet, late harvest : we know the names. Now to notice a difference, it’s another story. A small cultural visit at the cellar down the road made a lot of sense. We left with big smiles, and shiny eyes…


Un ptit rosé svp ! - A rosé please !


Emily nous fait tester 8 vins chez Mr Mick - Emily makes us taste 8 wines at Mr Mick


Charles Flèche a trouvé sa rue - Charles Flèche (Arrow in French) found his street